Argentine ūüá¶ūüá∑

04.05.2018 - 24.05.2018

Buenos Aires

Nous arrivons à Buenos Aires après 12 heures de vol depuis Auckland à travers la ligne du changement de date, toute une symbolique dans notre tour du monde.

 

Comme d'habitude, nous n'avons pas réussi à dormir dans l'avion, et accusons 15 heures de décalage horaire ! Un record !

 

Nous arrivons dans la¬†soir√©e √† la porte de notre logement AirBnB, notre h√īte nous accueille tr√®s chaleureusement dans son appartement situ√© au coeur du centre-ville. Nous retrouvons un vrai lit et une salle de bain privative ! Dit comme √ßa, √ßa √† l'air tout b√™te mais apr√®s un mois dans un van, c'est un vrai luxe !

 

Avec la fatigue, nous ne tardons pas à nous coucher. Puis, décalage oblige, c'est le réveil en plein milieu de la nuit. Il est 1h30 du matin, et nous avons les yeux écarquillés, il est 16h30 à Auckland... chouette ! On en profite alors pour terminer et publier notre page sur la Nouvelle-Zélande sans trop de retard ! Voilà qui est une bonne nouvelle !

 

Nous commen√ßons notre journ√©e en allant¬†√† la gare routi√®re (station Retiro) afin d'obtenir des informations sur les compagnies de bus¬†pour¬†nous rendre tout au Nord du pays, √† Puerto Iguaz√ļ. Comme dans la plupart des grandes¬†villes, le quartier de la gare est synonyme de plus de pauvret√©.¬†Nous avons vu de la pauvret√© en Asie mais (sans vouloir la minimiser) la mis√®re d'ici est encore plus atroce, choquante, elle¬†torpille le¬†ventre¬†au sens propre du terme. On la lit tant dans les¬†traits des visages qu'elle a creus√©¬†que dans les regards qu'elle a rendu vide. A Buenos Aires,¬†on¬†est face √† la r√©alit√© de¬†ceux qui fouillent¬†les poubelles, de ceux qui viennent¬†manger et boire ce qu'il reste sur les tables des caf√©s laiss√©es vacantes ou pire encore, de ces enfants sautillant sur¬†un¬†matelas flanqu√©¬†dans un coin de rue qu'ils partagent avec leur parents¬†√† la nuit tomb√©e. Ces exemples parmi d'autres nous auront¬†profond√©ment marqu√©s.

 

Pour le reste de notre visite √† Buenos Aires, nous irons dans les quartiers embl√©matiques de la Boca et de San Telmo. Nous irons √©galement voir la Casa Rosada qui abrite la pr√©sidence de la r√©publique¬†entre ses murs. Malheureusement, la c√©l√®bre¬†Plaza de Mayo¬†qui s'y trouve juste devant est¬†en plein¬†travaux. A deux pas de l√†, l'on peut admirer de magnifiques b√Ętiments aux fa√ßades Haussmanniennes rappelant les grands immeubles de Paris. Le c√©l√®bre h√©ritage europ√©en de Buenos Aires est bien l√†.

 

Le dernier soir, nous irons d√ģner dans le quartier branch√© de SOHO, au restaurant¬†La Hormiga¬†o√Ļ nous retrouverons Poli, la soeur de notre ch√®re amie¬†Jesica Loca !¬†Au menu, un magnifique morceau de¬†Ojo de bife (faux-filet de boeuf) et une bouteille de Malbec. Apr√®s un mois de r√©gime aux plats de campeurs, une bonne bidoche comme celle-l√†¬†on la savoure¬†!

 

Que voir à Buenos Aires ? 

- Les quartiers : la Boca, San Telmo (un dimanche), Palermo, Recoleta et SOHO.

- La Casa Rosada sur la Plaza de Mayo

- Les rues Lavallina, Corrientes, la Avenida 9 de Julio et son obélisque

La Boca

La Boca, c'est¬†le quartier populaire et cosmopolite de Buenos Aires.¬†Le quartier du port historique, l√† o√Ļ les migrants europ√©ens, surtout italiens d√©barqu√®rent.

 

En journée, la Boca est un quartier magnifique. Il n'y a pas à dire, mettre de la couleur sur les murs ça égaye ! Ajoutez à ça quelques airs de Tango, un bon repas en terrasse et vous avez un cocktail pour vous sentir magnifiquement bien !

 

Les façades aux couleurs dépareillées, ce sont les pêcheurs et les marins qui en sont à l'origine. Après avoir peint leurs bateaux, Ils terminaient leurs pots de peinture sur les murs de leurs maisons ! Une idée géniale pour ne rien gaspiller et embellir tout un quartier.

Infos pratiques : 

Pour se rendre à la Boca : prendre le bus 29 depuis le centre-ville. S'y rendre uniquement en journée.

Boca Juniors, un club de légende ! 

 

Boca Juniors résonne forcément aux oreilles de tous les amoureux du foot aux quatre coins du monde. Le club, créé par des immigrés Génois fuyant la pauvreté en Europe est le plus populaire du pays et a révélé de grands joueurs argentins, notamment Diego Maradona !

 

On ne peut pas parler de Boca Juniors sans √©voquer son ennemi jur√© River Plate. Les deux clubs venant¬†initialement du quartier de la Boca, c'est d'abord une rivalit√© de quartier qui na√ģt.¬†Les deux camps se battent pour la domination du lieu. La rivalit√© ne date pas d'hier. En 1913, un match se termine en bagarre g√©n√©rale, sur le terrain comme en dehors. Le duel enfle et se transforme en une¬†v√©ritable¬†bataille pour l'honneur.¬†

 

Plus tard, le¬†club de River Plate d√©cide de s'installer √† N√ļ√Īez,¬†un quartier r√©sidentiel et hupp√© du Nord de Buenos Aires.

Il est alors perçu comme un club de riche alors que Boca Juniors reste le club du peuple. La lutte des classes vient alors s'immiscer entre les pires ennemis du monde.

 

La rencontre entre les deux clubs les plus titr√©s d'Argentine est bien plus qu'un Derby, d'o√Ļ son nom, le¬†Supercl√°sico,¬†un des matchs les plus chauds du monde qui d√©cha√ģne les passions !

 

Looking for Buenos Aires : le reportage à voir !

Un magnifique reportage créé par Canal+ sur l'histoire du quartier de la Boca et les dessous de la rivalité entre les deux clubs les plus célèbres d'Argentine se trouve sous ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=UkrppT_z39U

Voilà une vidéo d'un tango un peu trop endiablé auquel nous avons assisté pendant notre déjeuner !

Un dimanche à San Telmo

Lors de notre deuxi√®me journ√©e, nous nous rendons d‚Äôabord √† la Plaza de Mayo afin de voir la Casa Rosada. De lourds travaux sont en cours sur cette place ce qui g√Ęche malheureusement¬†pas mal le d√©cor entre ce magnifique b√Ętiment et les gracieux immeubles de style Haussmannien d‚Äôen face.¬†

 

Nous sommes dimanche et c’est jour de marché à San Telmo. Depuis la Plaza de Mayo, nous descendons quelques rues et arrivons au tout début d’un marché d’un à deux kilomètres de long ! 

 

L‚Äôambiance est tr√®s festive et d√©tendue, on y vend toutes sortes de souvenirs dont des plaques color√©es, des livres, des maillots de foot, des tasses pour boire le mat√©, des articles divers √† l‚Äôeffigie de l‚Äôh√©ro√Įne argentine de bande-dessin√©es Mafalda, des antiquit√©s etc etc...¬†

 

Il y a aussi les vendeurs de cuisine de rue qui circulent¬† avec leurs roulottes de d√©licieuses empanadas sans oublier les deux magasins sp√©cialis√©s dans les produits √† base de dulce de leche (une confiture de lait¬†au go√Ľt caram√©lis√©) o√Ļ l‚Äôon n‚Äôh√©site pas √† prendre un paquet d‚Äôalfajores, de d√©licieux biscuits sabl√©s avec une couche de¬†dulce de leche¬†(voir plus bas √† Cafayate). D‚Äôadorables petites ... bombes caloriques !

 

Le tango transporte dans une autre √©poque, certaines m√©lodies font frissonner tant elles regorgent d‚Äô√©motions, les odeurs de grillades r√©galent l‚Äôodorat, la bonne humeur contagieuse des marchands donne des sourires qui se rendent aussit√īt.¬†

Petit aperçu d'une musique de Tango qui nous a donné des frissons tellement nous en ressentions l'émotion !

Puerto Iguaz√ļ

Apr√®s 20 heures de bus depuis Buenos Aires, nous arrivons dans la ville de Puerto Iguaz√ļ en fin de matin√©e. Au d√©part, nous √©tions un peu sceptique de faire un si long trajet, nous pensions le couper en deux et puis au final, tout s'est tr√®s bien d√©roul√©. L'Argentine a un excellent¬†r√©seau de bus tr√®s modernes avec service √† bord, des routes toutes droites et des chauffeurs qui se relayent pour les longues distances. Le bus est un tr√®s bon moyen de voyager en Argentine !¬†

 

Puerto Iguaz√ļ est √† quelques kilom√®tres des c√©l√®bres¬†chutes d'Iguaz√ļ. Nous sommes √† l'extr√™me Nord de l'Argentine, sur la triple fronti√®re qu'elle partage avec le Br√©sil et le Paraguay.¬†

 

A peine le temps de poser nos affaires dans notre¬†maison d'h√ītes que nous prenons une navette pour nous rendre du c√īt√© br√©silien pour y passer l'apr√®s-midi.

 

Infos pratiques :

-¬†O√Ļ loger √† Puerto Iguaz√ļ ?¬†Hospedaje Jose Gorgues, superbe maison d'h√ītes chez une famille tr√®s accueillante √† deux pas de la station de bus. 25 CHF la¬†nuit. ¬†

- Un bon restaurant √† Puerto Iguaz√ļ : a Piacere

Les chutes d'Iguaçu - Brésil

A quelques minutes en¬†bus de Puerto Iguaz√ļ, nous arrivons aux deux postes fronti√®re. Nous obtenons aussit√īt notre s√©same pour entrer sur le sol br√©silien et le bus nous conduit aux portes du parc national de Foz do Igua√ßu.

 

Il est conseill√© de se rendre¬†d'abord du c√īt√© br√©silien. Le circuit est bien plus court (1h30 suffit alors qu'il faut au minimum¬†4h00 c√īt√© argentin), √©tant donn√© qu'il est d√©j√† le milieu d'apr√®s-midi, √ßa nous arrange !¬†

 

De plus, le c√īt√© argentin √©tant plus impressionnant, on se r√©serve¬†le meilleur pour la fin !¬†

Infos pratiques : 

- Bus entre Puerto Iguaz√ļ et Foz do Igua√ßu : 80 pesos¬†par personne pour l'aller-retour

- Entrée au parc national Foz do Iguaçu : 62 réals par personne

Les chutes d'Iguaz√ļ - Argentine

"Les chutes d'Iguaz√ļ se contemplent du c√īt√© br√©silien et se vivent du c√īt√© argentin".

 

On ne peut pas mieux dire. M√™me si les chutes sont tr√®s belles du c√īt√© br√©silien, le c√īt√© argentin nous plonge litt√©ralement dedans ! Ici,¬†on se rend vraiment¬†compte de l'immense fracas et de l'interminable¬†tumulte de ces impressionnantes chutes. ¬†

 

Il faut vraiment compter une journée complète pour profiter du site. Il est tellement grand qu'un train navette relie certains points comme la fameuse gorge du diable (la garganta del diablo). 

Infos pratiques :

Bus de Puerto Iguaz√ļ au parc national : 170 pesos aller/retour

Entrée au parc national : 600 pesos par personne

Salta

Salta est une jolie ville au style architectural n√©oclassique se trouvant au pied des Andes orientales.¬†Le centre-ville y est particuli√®rement joli gr√Ęce √† sa place 9 de Julio,¬†sa majestueuse √©glise San Francisco aux couleurs chaudes, et ses petites ruelles o√Ļ l'on peut trouver de¬†nombreux petits restaurants et magasins.

 

C'est un point de départ pour ceux qui souhaitent, comme nous, louer une voiture ou pour ceux qui souhaitent monter dans l'impressionnant Tren a las nubes (le train aux nuages) qui traverse la région du Nord de Salta jusqu'à deux pas de la frontière bolivienne empruntant des ponts d'une hauteur considérable.

 

Nous commen√ßons¬†notre premi√®re journ√©e en prenant un petit-d√©jeuner sur la¬†place centrale.¬†Nous contemplons les jolis b√Ętiments des alentours accompagn√©s de croissants et de cappuccinos.

 

Nous nous rendons ensuite au guichet du téléphérique pour nous rendre sur la colline San Bernardo qui offre une vue panoramique sur la ville. Mais le prix étant, selon notre jugement, démesuré pour ce que la vue a à offrir, nous décidons de rebrousser chemin et de nous rendre au marché artisanal de San Martin.

  

Infos pratiques : 

Téléphérique San Bernardo : 300 pesos (12 CHF) par personne. De 9h00 à 18h30

Tren a las nubes : www.trenalasnubes.com.ar

Le centre historique de Salta

Le marché artisanal de San Martin 

Pour y parvenir, nous sortons des sentiers touristiques et découvrons l'authentique Salta, avec sa population, ses petits artisans, ses restaurants locaux, etc. 

 

Le premier march√© d'artisanat dans lequel nous arrivons ne nous aura pas retenu longtemps. Il se trouve √† l'int√©rieur d'un joli b√Ętiment o√Ļ l'on d√©couvre pi√®ce par pi√®ce les diff√©rents objets et habits mis en vente. On a trouv√© que ce march√© manquait un peu de charme et qu'il √©tait relativement¬†cher pour ce que c'√©tait. Il n'y a que la cour int√©rieure qui √©tait finalement mignonne et dans laquelle on se sera un peu attard√©, le temps de prendre quelques photos.

C'est en sortant de ce marché que nous avons découvert un marché que l'on pourrait qualifier de moins formel et pour le coup beaucoup plus authentique qui prend place juste en face. 

Nous passerons donc un bon moment dans ce petit marché très convivial, aux sons du folklore andin pour acheter quelques petits souvenirs artisanaux.

Une soirée en mode Food Truck festival

Avant d'arriver à Salta, nous étions en contact avec Nicolas, un membre de la plateforme Couchsurfing vivant à Salta. Il aurait pu nous héberger chez lui, mais malheureusement, il était en plein déménagement et n'avait pas de quoi nous recevoir dans son nouveau chez lui.

 

N√©anmoins, nous sommes rest√©s en contact¬†et avons d√©cid√© de nous rencontrer. C'est dans un lieu o√Ļ op√©rait un Food Truck festival au Nord de Salta appel√© Norte Fest, compl√®tement hors du centre, qu'il nous a donn√© rendez-vous. Pour deux amoureux de festivals de¬†Food Trucks, c'√©tait le lieu parfait pour nous retrouver ! Surtout que nous ignorions compl√®tement l'existence de cet √©v√®nement.

Nous l'avons retrouv√© avec quelques amis¬†√† lui avec qui nous avons pu √©changer durant la soir√©e. Mais bon, vous vous en douterez bien, ce n'est pas tout ! Il fallait bien satisfaire nos papilles qui se faisaient happer de tous les c√īt√©s avec ces vingtaines de Food Truck.

 

C'est donc apr√®s avoir fait un tour de rep√©rage que notre choix s'est port√© sans aucune h√©sitation sur un¬†Food Truck faisant griller de belles tranches d'Asado plac√©es dans une bonne¬†baguette grill√©e et surtout,¬†que l'on¬†pouvait ensuite agr√©menter comme bon nous semblait, avec de nombreux l√©gumes et sauces... surtout avec¬†la redoutable sauce¬†Chimichurri dont nous sommes follement amoureux. Ce f√Ľt un RE-GAL !!!!!

 

La soir√©e a continu√© son cours avec un super groupe de musique de quatre¬†jeunes femmes, nous ayant fait passer un agr√©able moment, et conna√ģtre de nouvelles chansons. Nous avons eu un magnifique coup de coeur pour cette chanson que l'on vous partage juste plus bas, avec de tr√®s beaux jeux de voix. Cette¬†reprise est encore meilleure que la version originale !

Version originale : hasta la raíz de Natalia Lafourcade

Road Trip dans le Far West argentin

Jour 1 : Jujuy - Maimará - Tilcara

Départ de Salta

A 8h30 pr√©cise, Sergio notre r√©f√©rent¬†de l'agence de location de voiture DAS nous attendait comme convenu, en bas de notre Airbnb. Apr√®s les contr√īles habituels d'√©tat de la voiture, nous prenons la route, direction le Nord de Salta. Les premiers kilom√®tres en dehors de la ville nous emm√®nent dans un d√©cor tr√®s vert au climat subtropical, puis, d'un coup, changement de diapositive, tout est tr√®s aride et l'on voit des centaines de gros cactus arpentant les faces¬†rocheuses. On a l'impression d'avoir rat√© un √©pisode entre les deux.¬†


San Salvador de Jujuy

Nous faisons une brève halte dans la ville de San Salvador de Jujuy afin de prendre quelques photos dans son centre-ville sans trop nous y attarder. Ce que l'on veut voir, ce sont les petits villages, los pueblitos chiquitos !

 

Maimar√°

Arriv√©e dans le minuscule village de Maimar√° pour le d√©jeuner. Nous nous arr√™tons dans une belle petite auberge color√©e¬†(Hospedaje El Para√≠so)¬†o√Ļ nous aurons mang√© une des meilleures pizza de notre vie, dans le fin fond de l'Argentine. Qui l'aurait cru, franchement ? Tellement bonne que nous y retournons sur le chemin du retour.
Dans ce pueblito se trouve "la palette du peintre", un magnifique flanc de montagne dont la roche expose une gamme de sept couleurs différentes.

 

Tilcara

C'est dans le village de Tilcara (2'470m) que nous terminons notre première journée de route. La première chose que nous faisons est de toquer aux portes de quelques auberges afin de trouver un logement pour la nuit. Après plusieurs endroits, nous décidons de nous arrêter au Mistica Hostel.

Jour 2 : Tilcara - La garganta del diablo - Humahuaca

Le lendemain matin, nous prenons la route pour nous rendre √† la garganta del diablo (la gorge du diable) d'o√Ļ il est possible de faire une promenade¬†pour se rendre au coeur de la gorge pour 30¬†pesos.

 

Nous avons décidé de ne pas la faire, la vue d'en-haut était déjà très jolie et nous ne pensions pas voir spécialement quelque chose de plus intéressant une fois en bas.

Nous prenons quelques photos et prenons la route pour nous rendre dans le village de Humahuaca.

 

Sur la route, nous remarquons un attroupement de personnes et entendons¬†de la musique. Nous nous arr√™tons sur le c√īt√© de la route et nous approchons pour constater¬†une petite f√™te de village √† l'allure religieuse. Plusieurs groupes sont form√©s jouant de la fl√Ľte de pan et du tambour, mais √©tonnamment, ils ne jouent absolument pas ensemble ! C'est ce que l'on peut appeler, au sens le plus propre du terme, une cacophonie ! Mais soudainement, on ne sait comment, ils s'arr√™tent de jouer tous en m√™me temps, comme si c'√©tait la fin d'un morceau parfaitement orchestr√© ! Bizarre, mais original ! On appellera √ßa alors une cacophonie organis√©e ! Un petit aper√ßu de quelques secondes pour vous donner une petite id√©e de ce que c'√©tait ! Croyez-nous, quelques secondes suffisent !

Nous arrivons dans le village de Humahuaca en d√©but d'apr√®s-midi.¬†C'est la premi√®re fois du voyage que nous nous retrouvons perch√©s √† 3'000 m d'altitude. Afin de ne pas trop ressentir le mal des montagnes, nous avions achet√© les fameuses feuilles de coca √† placer dans le creux de la joue afin de les laisser infuser gr√Ęce √† la salive. En haute altitude, la coca aide √†¬†supporter des effets d√©sagr√©ables qui pourraient survenir comme les maux de t√™te ou¬†les naus√©es.¬†


Nous décidons alors de nous acclimater à ce nouvel environnement en passant l'après-midi tranquillement dans ce village avant de nous aventurer encore plus haut dès le lendemain. 

 

Ce village, tout comme Maimar√° et Tilcara est dot√© d'un d√©dale de petites ruelles o√Ļ le Street Art ne cesse d'habiller les petites maisons, leur donnant un charme certain. Nous d√©ambulerons tranquillement en passant par ses petits magasins artisanaux aux belles couleurs andines comme √† Salta. Puis, nous nous poserons dans la jolie petite cour int√©rieure fleurie du restaurant Pachamanka afin d'y boire un verre, tout en continuant notre acclimatation √† l'altitude, tout en douceur !¬†

 
O√Ļ loger √† Humahuaca ? Casa del Tantanakuy

O√Ļ manger √† Humahuaca ? Pachamanka Restaurante

Jour 3 : Humahuaca - El Hornocal 14 colores - Humahuaca

En nous rendant à Humahuaca, nous avions en tête d'aller admirer El Hornocal, soit les montagnes aux 14 couleurs. Nous prenons la route en fin de matinée, le trajet, sur une route caillouteuse dure une bonne demi-heure.

 

Sur la route, nous m√Ęchons les feuilles de coca qui nous aident √† passer de 3'000 √† plus de 4'000 m√®tres d'altitude.¬†Une fois arriv√©s au Mirador El Hornocal, nous nous trouvons √† 4'350 m√®tres !¬†


Nous parquons notre voiture face à ces montagnes majestueuses, et marchons dans le sentier menant au plus près de ce magnifique tableau qui se tient devant nous. La nature a vraiment des talents d'artiste !

 

Nous d√©cidons d'aller quelques m√®tres plus loin, l√† o√Ļ nous serons absolument seuls ! On en profite pour prendre quelques photos mais surtout pour se poser un long¬†moment afin d'admirer le chef d'oeuvre qui se dresse devant nous. On n'a s√©rieusement¬†pas envie de quitter cet endroit !¬†

 

Pour finir, nous retournons √† Humahuaca et plus particuli√®rement au restaurant Pachamanka o√Ļ nous savourerons de d√©licieuses p√Ętes agr√©ment√©es de tomates, d'olives vertes, d'oignons, d'ail et de viande de lama pour suivre avec une gaufre au¬†dulce de leche¬†√† tomber par terre. Le tout avec du¬†Malbec bien s√Ľr !

 

Infos pratiques & conseils :
Entrée 50 pesos par véhicule (2,50 CHF)

Habillez-vous chaudement car l'air est bien frais à cette altitude !

Jour 4 : Humahuaca - Salinas Grandes - San Salvador de Jujuy

Nous partons d'Humahuaca dans la matinée afin de nous rendre aux fameuses Salinas Grandes. Mais avant ça, nous avions l'obligation de passer une seconde fois dans ce restaurant dans lequel nous avions mangé la meilleure pizza de notre vie, El paraíso à Maimará.

 

Nous repartons de là, ravis et repus, prêts à nous rendre dans un tout nouveau décor, que nous n'avions encore jamais vus pendant notre voyage. 

 

Nous arrivons aux Salinas Grandes, une grande √©tendue de sel, l√† o√Ļ l'on ne s'en douterait pas du tout. Au fur et √† mesure que nous montons en voiture, le paysage change √©norm√©ment. La route nous m√®ne √† un col situ√© √† une altitude de 4'200 m√®tres avant de redescendre. Depuis l√† haut, la vue est grandiose.¬†

 

Une fois arriv√©s aux salines, on peut dire que √ßa tape fort ! On ne l√©sine pas sur la cr√®me solaire pour ne pas¬†finir comme un¬†Asado¬†et les lunettes de soleil sont obligatoires¬†si l'on ne veut pas se br√Ľler la r√©tine ! On marche un peu dans ce qu'on pourrait qualifier de neige bien dure et profitons du cadre pour faire quelques photos amusantes. Des tours existent pour emmener les touristes un peu plus loin afin de voir des bassins d'eau sal√©e que nous trouverons par chance quelques centaines de m√®tres plus au loin en reprenant la route. Il n'y a absolument personne ! L'eau est d'une puret√© limpide et le contraste avec le sol est saisissant.

 

Nous reprenons ensuite la route vers¬†San Salvador de Jujuy o√Ļ nous dormirons¬†√† l'Hostal Jujuy. Un petit √©tablissement¬†√† l'ambiance¬†baba cool et √† la d√©coration rock'n'roll¬†avec quelques¬†guitares qui ornent les¬†murs.¬†

Jour 5 : San Salvador de Jujuy - Cafayate

Nous nous dirigeons vers le Sud pour rejoindre la ville de Cafayate et sa région viticole riche en Malbec et Cabernet. 
A quelques kilom√®tres de l'arriv√©e, le d√©cor change √† nouveau soudainement. Nous sommes sur la route nationale 68 et arrivons √† hauteur de¬†La quebrada de las conchas.¬†Un endroit digne de la plan√®te Mars qui n'a rien √† envier √† certains paysages de la c√īte ouest am√©ricaine.

 

Nous nous arrêtons pour quelques photos et montons sur un petit chemin menant à un point de vue majestueux. C'est alors qu'un Coréen nous aborde dans un espagnol parfait - première chose à laquelle on ne s'attend pas -  nous demandant si nous voulons bien participer à une interview pour la TV coréenne ! Deuxième chose à laquelle on ne s'attend mais alors pas du tout ! On joue bien évidemment le jeu et acceptons de répondre à quelque questions tout d'abord en espagnol. Le reporter nous demande alors de bien vouloir répondre en suisse, ça nous fait bien évidemment sourire, mais comme notre suisse-allemand se limite presque à savoir uniquement dire Gruezi et Schwiizer Nati, on lui explique qu'on va répondre en français pour finir en anglais sur les dernières questions qui portaient toutes sur notre sentiment d'être ici et ce que l'on pensait de l'Argentine.

 

Sur les derniers kilomètres, nous avons la chance de tomber sur un groupe de quatre Gauchos sur leurs chevaux saluant les voitures au passage. Le vrai cliché argentin !

Jour 6 : Cafayate 

Cafayate est une tr√®s charmante petite ville dans laquelle il fait bon vivre. On sent que les gens sont tr√®s d√©tendus ici. Un parc se trouve au milieu de la place centrale entour√©e de restaurants et de caf√©s. Dans certaines petites ruelles on peut y trouver des¬†Bodegas, des caves o√Ļ l'on produit du vin et qui sont ouvertes au public pour des d√©gustations.

 

Ou dormir à Cafayate ? Hostal Tierra y Vinos

Ou manger à Cafayate ? Pizzeria El Zorrito ; La casa de las empanadas

Jour 7 : Cafayate - Salta

L'heure est venue de retourner √† Salta pour rendre notre voiture de location. Nous avons encore de beaux paysages √† voir √† la sortie de Cafayate, notamment √† Valles Calchaqu√≠es¬†puis, ce sera de l'autoroute jusqu'√† Salta. Nous rendons l√† voiture √† la gare routi√®re depuis laquelle nous prendrons un premier bus de nuit jusqu'√† la Rioja avant d'encha√ģner le lendemain matin avec notre correspondance pour Mendoza.¬†

 

Infos pratiques :

Depuis la Rioja, on peut visiter le parc national Ischigualasto, là aussi, des paysages incroyables attendent les voyageurs.

Mendoza, terre du Malbec

Apr√®s 24 heures de voyage depuis Salta, on est plut√īt contents d‚Äôarriver enfin √† Mendoza. A la sortie du terminal de bus, nous sautons dans un taxi pour rejoindre notre appartement¬†Airbnb¬†o√Ļ notre h√īte nous attend pour nous accueillir. Apr√®s ses quelques explications d‚Äôusage et ses conseils, nous allons vite nous chercher de quoi manger un morceau au fast-food du coin et ne tardons pas √† nous √©craser dans le lit.

 

Le lendemain matin, nous entamons une marche qui nous m√®nera √† travers plusieurs parcs de la ville le tout en d√©gustant une glace artisanale au¬†dulce de leche¬†(oui forc√©ment !) Nous finissons notre escapade au Windmill Hostel o√Ļ nous avons rendez-vous pour nous rendre dans un ranch afin de faire une ballade √† cheval, une activit√© obligatoire en Argentine !

Tel un Gaucho au pied des Andes

 

Après une petite demi-heure de route, la navette nous dépose au ranch. Caroline, une Belge installée depuis des années en Argentine et ayant épousé un Argentin, nous rend le plus chaleureux des accueils dans son chez-elle.

 

Après un verre de bienvenue, et quelques instructions d’Ariel notre Gaucho, nous enfourchons nos montures pour une splendide ballade d’environ deux heures au pied des Andes avec un coucher de soleil en toile de fond. Le moment est magique, au milieu de cette vaste étendue, nous ressentons une indescriptible sensation de liberté. Un sentiment partagé par les chevaux du ranch qui, chaque soir, sont remis en liberté. Et lorsque nous en croisions galoper au loin, nous étions sous le charme de cette beauté si simple, si sauvage et si authentique.

 

Le ciel est sombre lorsque nous rentrons au ranch. Nous prenons un verre de Malbec autour du feu de camp qui cr√©pite. Puis, nous sommes appel√©s √† nous mettre √† table pour le d√ģner. Un d√©licieux Asado (le barbecue argentin) nous est servi. Le boeuf et le poulet sont succulents, ils sont accompagn√©s de l√©gumes au four, d‚Äôune salade et bien s√Ľr de ‚Ķ (roulement de tambour) Malbec ! Les portions sont plus que g√©n√©reuses, et entre les convives, les volontaires et les propri√©taires du lieu, l‚Äôambiance autour de la table est absolument g√©niale. On aimerait que ce moment ne se termine jamais. Mais comme toute bonne chose √† une fin, nous serons chaleureusement ramen√©s devant la porte de notre appartement par le chauffeur du tour et Ariel.

 

Il y a des endroits qui m√©ritent un coup de pub, et celui-ci en fait clairement partie ! Alors, voil√† toutes les infos dont vous avez besoin au cas o√Ļ vous vous trouvez √† Mendoza !

 

Informations utiles : 

Caroline +54 9 261 382 8976

1’000 pesos (40 CHF) par personne

Sur la route des vignobles à vélo

 

Nous arrivons au magasin de location de v√©los et retrouvons trois filles rencontr√©es la veille lors du tour √† cheval sur le coup des 11h30 (on ne va pas commencer les d√©gustations trop t√īt non plus...). Au final nous sommes un groupe de dix personnes pr√™tes √† sillonner la route des vignobles de Mendoza afin de d√©guster les vins de la r√©gion.

 

Sous les conseils de notre loueur de v√©los, nous nous arr√™tons d‚Äôabord chez le viticulteur ¬ę¬†El Cerdo¬†¬Ľ. Celui-ci ne produit que du vin nature, sans sulfites. L‚Äôendroit et l‚Äôaccueil est tr√®s sympa, mais n‚Äô√©tant pas des fans de vin organique, surtout les vins rouges, nos attentes ne sont pas forc√©ment tr√®s √©lev√©es‚Ķ laissons-nous s√©duire par une bonne surprise s‚Äôil devait y en avoir. Nous ouvrons d‚Äôabord une bouteille de Chardonnay (pas d‚Äô√©tiquette), le vin est excellent ! Fruit√© comme le veut ce c√©page, il est le vin id√©al pour commencer la journ√©e ! Nous continuons la d√©gustation et passons au rouge avec deux Malbec, le premier s‚Äôappelle Utopia, on d√©note un ar√īme de beurre fondu, il est plut√īt soyeux en bouche (√ßa fait toujours plus classe¬†quand on¬†emploie¬†le vocabulaire des connaisseurs !), il passe mais sans plus‚Ķ Le deuxi√®me se nomme Wayna, et l√†‚Ķ patatra ! Ce √† quoi l'on s'attendait est arriv√© !¬†Un go√Ľt terreux tr√®s d√©sagr√©able et propre √† la plupart des vins nature que nous ayons bu...¬† Si le blanc a √©t√© tr√®s appr√©ci√©, les rouges n‚Äôont absolument pas fait l‚Äôunanimit√©.¬†

 

Nous continuons vers la bodega d‚Äôen face ¬ę¬†Tempus Alba¬†¬Ľ.

Un endroit magnifique pour déjeuner. Nous voilà donc à table avec un verre de Malbec et un verre de Cabernet Sauvignon qui, par leur équilibre et leurs corps, accompagneront magnifiquement nos empanadas et notre steak à la sauce aux fruits rouges. Le temps est idéal ce qui pousse inéluctablement certains à céder à l’appel du rosé. 

 

Une fois le repas consomm√©, pas trop le temps de tra√ģner, nous avons rendez-vous √† 16:00 pour une visite guid√©e √† la bodega ¬ę Trapiche¬†¬Ľ¬†√†¬†180 pesos (7 CHF) avec la d√©gustation incluse √©videmment. Nous nous faisons servir trois vins diff√©rents. Ces vins √©lev√©s en barrique d√©notent des tons tr√®s bois√©s (√©videmment), de tabac et d'√©pices.

 

Avant de retourner les vélos, nous nous arrêtons pour une pause photo de groupe en guise de souvenir. A notre arrivée, le commerçant nous annonce que nous sommes en pleine Happy Hour (on a la vive impression que la Happy Hour c’est toute la journée chez lui !) et nous offre un verre pour trinquer avec nous. 

 

Par la suite, nous prendrons tous ensemble le bus pour nous diriger vers un restaurant italien afin de nous caler avec d’énormes pizzas. Entre vacanciers, voyageurs de longue durée et tourdumondistes, nous nous souhaitons bonne continuation avant de nous séparer.

 

Informations utiles : 

Location de v√©los chez Maipu Bikes, calle Urquiza √† c√īt√© de la station d‚Äôessence YPF.

Prendre le Micro (bus navette blanc et bleu direction Maipu)

150 pesos (6 CHF) la journ√©e avec un verre offert en fin de journ√©e (au cas o√Ļ les d√©gustations n‚Äôont pas suffit !)

La traversée de la Cordillère des Andes

Nous voil√† d√©sormais en chemin pour rallier le Chili et sa capitale Santiago. Nous avons un petit trajet de 7 heures de bus traversant la Cordill√®re des Andes. Cette mythique cha√ģne de montagnes, qui longe toute l'Am√©rique du Sud sur plus de 7'000 km du Venezuela √† la Terre de Feu a vraiment quelque chose de sp√©cial, quelque chose de fascinant, en la traversant, on ressent une sensation¬†qu‚Äôon a de la peine a expliquer par les mots. Plut√īt que d'√©crire un long discours, en voici alors quelques images du tron√ßon entre Mendoza et Santiago o√Ļ les paysages sont autant changeants que surprenants.

A savoir avant de partir en Argentine

Les retraits d'argent

En tant qu'√©tranger, les frais charg√©s par les banques en Argentine sont √©normes ! Les retraits d'argent sont limit√©s entre 2'000 et 3'000 pesos (80 √† 120 CHF) et les frais s'√©l√®vent entre 7 √† 12 CHF par retrait ! Comme la plupart des endroits n'acceptent que le cash¬†(solo efectivo), autant vous dire que vous allez devoir retirer ! La meilleure option pour ne pas vous faire saigner est d'amener suffisamment de dollars am√©ricains ou d'euros pour votre s√©jour afin de les changer √† l'arriv√©e (ce que nous ne pouvions pas faire) ou de vous arranger avec quelqu'un sur place. La banque la moins co√Ľteuse¬†que nous ayons trouv√© √©tait la¬†Banco de la Nacion¬†Argentina. Les banques internationales comme HSBC ou Santander sont par contre √† √©viter !¬†

2018 : 25% d'inflation

Voilà pour la petite touche économique. Avec une inflation de 25% par an, les prix sont systématiquement réévalués. Il n'est pas étonnant de voir s'afficher de nombreuses corrections sur les menus des restaurants et sur les façades des commerces. La situation économique en Argentine est très préoccupante. Sur fond d'une dévaluation constante du peso face au dollar, les "comment éviter la crise" font les gros titres des journaux télévisés. Comme cité plus haut, nous avons été profondément choqués de la pauvreté que nous avons vu dès notre arrivée. Néanmoins, et malgré le pétrin dans lequel le pays semble être englué, les Argentins ont beaucoup de coeur, ils sont souriants, affables et aidants. Ils continuent de profiter de la vie comme ils le peuvent, notamment à travers la musique. Un remède passager mais qui donne un véritable bol d'air frais le temps d'un morceau.

Voyager en bus

Le bus est le moyen le plus économique de voyager en Argentine et permet de contempler de nombreux paysages au fil des kilomètres. Il y a d'ailleurs de nombreuses compagnies qui se tirent la part du lion.

 

Pour quelques pesos de plus, on recommande de choisir une des meilleures compagnies surtout si le trajet dépasse les dix heures. Il faut compter en moyenne 50 CHF pour un trajet de vingt heures. Et oui... l'Argentine est le huitième pays le plus grand du monde alors préparez-vous à avaler les kilomètres !

 

Voilà les meilleures compagnies que l'on peut conseiller : 

- Andesmar

- CATA Internacional (pour aller à Santiago)

- Chevallier

- Crucero del Norte / Crucero del Sur

- Rio Uruguay

 

Les sièges sont proches d'une Business Class en avion, des repas sont servis et le Wi-Fi est disponible dans certains. Niveau sécurité, les routes sont infiniment droites pour la plupart et les deux chauffeurs qui se relayent conduisent à une vitesse limitée à 80 km/h. Si parfois des couvertures sont fournies, il est conseillé de s'habiller chaudement, surtout pour les trajets de nuit. 

 

Il y a trois sortes de si√®ges: les¬†Cama¬†(si√®ge inclinable √† 120¬į), les¬†Semi-Cama¬†(160¬į) ou les¬†Cama Total¬†(180¬į). Pour les tr√®s longs trajets, on conseille de prendre les¬†Semi-Cama¬†ou encore mieux les¬†Cama Total¬†si possible. Pour notre part, nous n'avons eu que des¬†Semi-Cama.¬†

 

Enfin, sachez qu'il faudra donner un pourboire (una propina) au bagagiste à chaque fois que votre bagage est mis ou sorti de la soute. En général, on peut donner 5 pesos par bagage.

 

Pour consulter les itinéraires, les horaires et les compagnies effectuant le trajet que vous souhaitez, allez naviguer sur www.busbud.com et www.plataforma10.com.ar. On conseille toutefois d'acheter les billets directement au terminal ce qui évite de payer inutilement des taxes et autres frais de traitement via les plateformes en ligne. Si possible, choisissez les premiers sièges à l'étage supérieur pour avoir la vue panoramique !

Location de voiture à Salta

Nous avons loué notre voiture auprès de l'agence DAS dans le centre-ville de Salta. Il se trouve que c'est une des agences les moins chères que l'on ait trouvé. Nous avons été entièrement satisfaits par le professionnalisme de Sergio, notre référent. 

 

Alors que le prix moyen des différentes agences se trouve autour de 1'000 pesos par jour, nous avons pu avoir notre voiture pour 680 pesos par jour durant une semaine ! Si, comme nous, vous voulez sillonner les routes du Nord Ouest de l'Argentine pour voir des paysages de fou et que vous voulez obtenir un super deal comme nous, allez donc chez eux !

 

Pour les contacter, toutes les infos utiles sont là : http://dasrentacar.net/contactos.html

Pensez à prendre avec vous votre passeport, votre permis de conduire ainsi que votre permis de conduire international.

Bonne route !